Projets, travaux, sécurité et cadre de vie


Le choix d’une école !
 
Le conseil municipal du 8 novembre, a validé le projet d’agrandissement et de réhabilitation de l’école A. Briand.
 
Le projet présenté au conseil, a été élaboré conjointement par la commission inter génération de Candide Lott et la commission travaux de Jacky Wolfarth assisté par M. Greber architecte auprès de CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement). Les principaux utilisateurs ont été consultés durant les derniers mois, à savoir l’équipe enseignante et les représentants des parents d’élèves. Les objectifs retenus pour ce projet sont ; d’augmenter la capacité d’accueil de la structure au regard des prévisions d’évolution des effectifs, de mettre aux normes le bâtiment existant.
 
Ce projet n’était certes pas une des priorités des élus dans leur programme initial. Cependant, la situation actuelle nous oblige à réévaluer nos priorités. Le bilinguisme mise en place en 2004 nécessite des locaux supplémentaires pour accueillir les classes bilingues en parallèle avec celles qui suivent un cursus classique. Aujourd’hui, deux classes sont externalisées dans le bâtiment de l’ancien C. E. G. réduisant d’autant la place disponible aux professeurs de musique qui souhaiteraient occuper les lieux. Par ailleurs il n’existe aucune structure pour les activités sportives dans l’école. Le psychologue scolaire du secteur de Benfeld, trouve momentanément refuge dans la Villa Jaeger, alors qu’il devrait se rapprocher des équipes enseignantes. Le personnel de l’Education Nationale nommé dans le bâtiment est souvent originaire d’un secteur géographique largement plus vaste que notre commune, il est donc raisonnable de lui proposer une salle de travail équipée d’une kitchenette pour les pauses de midi.
A quel coût !!!
 
Certes, il s’agit pour l’équipe d’élus, de mener un autre grand projet nécessitant un important coût. Au vu de notre situation financière actuelle et selon les subventions probables de l’Etat au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux (anciennement la DGE) le projet pourra être mené sans pour autant déséquilibrer le budget communal.
Cependant, dans les 2 prochaines années, la réalisation d’autres projets d’aménagement urbains, devra être reporté à une date ultérieure.
 
 


Les salles des sports
L’ancienne salle entièrement restructurée !
Le terrain d’évolution de la salle sera équipé d’une cloison mobile, divisible en deux espaces d’activités distincts un plateau de gymnastique et un plateau multi sports.
Les gradins seront accessibles par une mezzanine du hall central et pourront accueillir six places pour les personnes à mobilité réduite. Les vestiaires seront complètement recloisonnés en lieu et place des anciens vestiaires. Une nouvelle circulation, construite en avant de la façade actuelle permettra de s’y rendre en toute sécurité sans endommager les espaces sportifs avec les chaussures de ville.
 
La nouvelle salle !
Cette nouvelle salle est conçue pour répondre aux règles d’homologations fédérales des salles de type C : 44 x 24 x 9 m. Elle sera séparable en 3 terrains d’entrainement. Un soin particulier a été porté à la qualité de l’éclairement naturel, économique et homogène. Les vestiaires sont implantés côté nord pour être facilement accessibles aux footballeurs et pour accueillir dans la partie supérieure des gradins de 300 places dont 6 réservés aux personnes à mobilité réduite. Cette partie des bâtiments sera recouverte d’une charpente composée de poutres en lamellé-collé.
Le hall sera le centre de gravité du projet, il sera la porte d’entrée où transiteront les sportifs et le public. Il assurera le cheminement vers les différents espaces, le bar cafétéria proche du sas d’entrée, les sanitaires et la mezzanine, permettant de rejoindre les gradins des salles des sports. De l’étage, il est possible d’accéder au clubhouse (120 m2) qui bénéficie, depuis l’intérieur, d’une large visibilité sur le terrain de football et d’une terrasse. Le projet comprend également de larges espaces pour le rangement du matériel des associations et du collège.
En plus de l’objectif de qualité architecturale, le projet sera doublé d’une inscription dans une démarche de basse consommation qui devrait baisser de 50 % les consommations énergétiques d’aujourd’hui. Des centraux doubles flux permettront d’évacuer l’air vicié en dioxyde de carbone et de faire rentrer de l’air propre en gardant la chaleur. La finition extérieure sera un bardage mélèze habillant la nouvelle structure et la structure existante.                   
Cofinancé avec l’aide de partenaires comme le Conseil Général, la Région Alsace, le FEDER, la COCOBEN et Electricité de Strasbourg, le coût est de l’ordre de 4,46 M €. Les dates prévisionnelles de la fin des travaux sont : avril-mai 2012 pour l’extension et décembre-janvier 2013 pour la restructuration de la salle existante.
La salle spécialisée en sports de combat
 
Ce projet financé par la COCOBEN, s’inscrit dans une réflexion globale sur l’implantation, les accès et la cohérence avec le projet d’extension de la salle des sports. Depuis quelques temps, les élus intercommunaux ont relevé un manque de salles spécialisées, en particulier pour la pratique des sports de combats et des arts martiaux.
Plusieurs associations existent cependant dans le secteur. Le Club Bushido de Benfeld, avec plus de 300 personnes affiliées, propose des activités d’arts martiaux divers (judo, auto-défense, thaï chi chuan, yoga, dynamic gym). En outre, les installations qu’il utilise et partage avec les élèves du collège de Benfeld arrivent à saturation durant la semaine.
 
Concernant la pratique de la boxe, le cercle pugilistique de Huttenheim loue actuellement la salle polyvalente de la commune, sans toutefois pouvoir monter le ring à chaque séance d’entraînement, faute de temps. Par ailleurs, le club souhaiterait développer de nouvelles sections et en raison de l’absence de locaux adaptés, ce projet ne peut aboutir pour le moment.
 
L’association de Karaté Ryu Kukazawa de Herbsheim, qui vient de démarrer des entraînements de Krav Maga depuis le mois de janvier 2011, occupera également les nouveaux locaux. En outre, situé à proximité du Collège, l’équipement doit permettre la prise en charge d’une partie de l’éducation physique et sportive des collégiens.
 
Trois importants univers équipent donc le bâtiment ; Le dojo, se compose de deux tapis de compétition de 288 m2, sans oublier 150 places de gradins sur trois rangées. Les deux autres salles permettent la pratique de la boxe et du karaté. Les parties communes comprennent un espace sanitaires, un espace de convivialité et un local de musculation.
 
L’ensemble d’environ 1 000 m2, respecte les aspects essentiels du développement durable et homologue ce bâtiment de type BBC (Bâtiment Basse Consommation). Le coût total est estimé à 1 830 000 € .

Document d’Information Communale sur les RIsques Majeurs
 
La Préfecture du Bas-Rhin a demandé à l’ensemble des communes de se mettre en règle avec la législation en vigueur relative à la mise en place du Plan Communal de Sauvegarde (PCS) accompagné du Document d’Information Communale sur les RIsques Majeurs (DICRIM) ; qui sont des documents à caractère obligatoire pour les communes.
Le Plan Communal de Sauvegarde est un outil à l’attention du maire et de son équipe municipale ; il rassemble toutes les informations importantes pour faire face une situation d’urgence ; en complémentarité de l’action des services de secours. Ildéfinit l’organisation prévue par la Commune pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population au regard des risques connus.
Le DICRIM est un document à l’attention des habitants, c’est une présentation synthétique des informations sur les risques identifiés sur la commune (risques naturels, technologiques). Il énumère également l’ensemble des réflexes à avoir afin de réagir au mieux à chaque situation d’urgence.
 
Consulter document


Révision du POS et transformation                  
en PLU
 
Concertation
 
Par délibération du 2 décembre 2008, afin de mieux prendre en compte l’évolution de la commune et se doter d’un document d’urbanisme adapté, le conseil municipal a prescrit la révision du POS (Plan d’Occupation des Sols) et sa transformation en PLU (Plan Local d’Urbanisme).
 
Dans un article paru dans le bulletin municipal du mois de novembre 2010 n° 5/2010 les objectifs et les modalités de l’élaboration de ce document ont fait l’objet d’une présentation exhaustive.
 
La délibération susdite a également fixé les modalités de concertation et d’information du public.
 
Dans un premier temps, après avoir été présentés au conseil municipal lors de la séance du 8 novembre 2010, après la réunion des personnes publiques associées en décembre et l’intégration des contraintes fixées par le Grenelle 2, le diagnostic et le PADD (Plan d’Aménagement et de Développement Durable) seront mis à disposition du public pour la concertation.
 
A compter du lundi 16 mai, le diagnostic et le PADD seront consultables en mairie, aux heures d’ouverture au public et un registre sera tenu à la disposition des administrés pour y porter leurs observations. Des panneaux explicatifs seront installés dans le hall d’entrée de la mairie.
 
Ces deux documents seront aussi consultables sur le site de la commune (http://www.benfeld.fr) à compter de cette date.
 
 
Dans un deuxième temps une réunion publique sera organisée le jeudi 30 juin à 19h00 dans l’avant salle de la salle des fêtes, en présence des représentants des bureaux d’étude et de la chargée d’étude du SDAU accompagnant la commune dans cadre de l’élaboration de ce nouveau document d’urbanisme.


Pourquoi démolir le bâtiment de la gare de Benfeld ?
 
La mise en service de la troisième voie et l’augmentation des utilisateurs du train a demandé une réorganisation complète des petites gares le long de la ligne nord sud de notre territoire.
 
A l’origine la SNCF prévoyait d’installer un commerce dans le bâtiment de la gare afin d’avoir une présence humaine sur le site ; un appel a d’ailleurs était fait dans le Benfeld.com de janvier 2009. Aucun candidat n’ayant accepté les conditions, les services de la SNCF décident alors de se défaire du bâtiment et proposent sa destruction.
Désormais pour sauvegarder la structure, elle devrait faire l’objet d’une acquisition communale. Si l’achat pourrait se faire dans d’assez bonnes conditions, la gestion risquerait de devenir un gouffre pour notre budget. La ville devrait prendre en charge, sa restauration et notamment sa mise aux normes obligatoire pour tous les bâtiments recevant de public. Au quotidien, un salarié de la commune devrait s’occuper du bâtiment entre 5 h et 22 h soit une amplitude de 17 heures. Il ouvrira et fermera le bâtiment, surveillera les WC qui risquent d’être vandaliser sans surveillance, refoulera les squatteurs qui pourraient s’installer dans les locaux fermés des distributeurs de billets et des garages à vélos et assurera la maintenance courante du bâtiment.
 
Pour toutes ces raisons, les deux groupes politiques qui forment le conseil municipal ont voté le 7 décembre 2010 à l’unanimité moins une voix la destruction du bâtiment au profit d’installations éco durables plus légères ne nécessitant aucune présence humaine sur le site et dont la maintenance sera assurée par les services de la SNCF.
 
Concernant le devoir de mémoire, à la demande des élus, les services de la SNCF, proposeront prochainement un aménagement sur le site qui rappellera les anciens bâtiments de notre gare et leurs impacts dans l’histoire de notre ville.
 
Par ailleurs, si le projet se réalise durant l’exercice 2011 sur la base de la convention entérinée par le conseil municipal dans sa séance du 7 décembre 2010, le financement pourra être assuré dans le cadre de la convention cadre de la Région Alsace (2008-2010) relative à la modernisation des gares et des points d’arrêt à vocation régionale selon la répartition suivante :
Région ALSACE :     262 760 €
COCOBEN :            189 000 €
SNCF :                 190 140 €
COMMUNE :           127 700 €
 
pour un coût estimatif HT des travaux de 769 600 €. Après cette date la subvention n’est plus garantie.
Voilà les raisons qui poussent la commune à ne pas maintenir le bâtiment de la gare...


L’aménagement du parvis de la gare…
 
La mise en service de la troisième voie en décembre 2009, a développé la fréquentation globale des utilisateurs des trains sur la ligne Strasbourg et Sélestat. Cette augmentation des passagers impose tout naturellement un réaménagement des gares car les points d’arrêts des trains jouent de plus en plus le rôle d’interface entre les communes et le rail. En partenariat avec la Région, la SNCF, le Réseau Ferré de France, le Conseil Général, la Cocoben, la commune de Benfeld s’est engagée pour un aménagement de notre gare qui se décline en trois phases.
 
En 2010, a été aménagé un grand parking du côté Ouest pouvant accueillir près de 250 véhicules, un arrêt pour bus et un abri vélos de 27 places. (Zone A du plan)
 
Pour l’année 2011, il est prévu l’aménagement du parvis de la gare. Le projet prévoit un espace urbain ouvert à la ville avec une voirie adaptée au nouveau plan de circulation visant à ralentir le trafic routier avec comme unique arrêt une dépose-reprise rapide. L’accueil des transports doux sera développé avec un abri pouvant accepter 92 deux roues. Cet abri sera plus commode que l’actuel bâtiment de la gare. Les piétons pourront facilement rejoindre le centre ville et une piste rejoindra l’usine 2 des établissements Socomec. Un espace vert équipé d’une aire de jeux sera également implanté dans le secteur. (Zone B)
 
Pour l’horizon 2013—2014, il est prévu l’aménagement d’un parking longue durée de 140 places ainsi que des cheminements d’accès direct aux rails. (Zone C)
 
Avec son espace attente-ventes muni d’un auvent photovoltaïque, l’équipement de notre gare répondra aux normes éco durables ainsi qu’aux exigences des nombreux voyageurs qui utiliseront quotidiennement les transports collectifs.
 
cliquez pour agrandir l'image

LE P. L. U - PLAN LOCAL D’URBANISME

Dans son programme électoral « Ensemble Pour Benfeld » a proposé de transformer le plan d’occupation des sols (POS) en Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.)

Ceci aux fins de disposer d’un outil juridique permettant de  projeter dans le futur le développement urbanistique de notre commune, tout en respectant  le Schéma de Cohérence Territorial de la Région de Strasbourg (SCOTERS) et le Programme Local de l’Habitat.

Le PLU permettra de mieux maîtriser l’importante pression  foncière, car il prend en compte l’environnement, les paysages, la circulation, l’urbanisme, l’évolution de la population et bien d’autres paramètres encore.

Dans sa séance du 2 décembre 2008, le Conseil Municipal  a décidé de transformer l’actuel POS en PLU, dont les contours sont esquissés plus haut.

Les principaux objectifs poursuivis sont les suivants :

- s’inscrire dans la réflexion supra-communale afin de promouvoir un développement territorial équilibré,

- favoriser un développement maîtrisé de l’habitat et des activités en tenant compte de la nécessité de conforter un cadre de vie agréable pour tous,

- répondre aux besoins tout en limitant l’étalement urbain,

- assurer la diversité des fonctions urbaines et la mixité sociale dans l’habitat,

- définir les modalités de mutation du tissu bâti tout en préservant un environnement de qualité,

- conforter le rôle de bourg  centre de la commune,     

- prendre en compte l’environnement, assurer la protection des milieux naturels et des paysages.

Pour les atteindre, une commission a été créée. Elle comprend : le maire André WETZEL, les adjointes, Annie DELVALLEZ et Lucienne GILG, les conseillers municipaux, Emilie UHL, Xavier HUMLER et Jean - Claude AMPSLER. Par ailleurs,  il a été fait appel à un architecte, un urbaniste, un paysagiste, un environnementaliste et au Service Départemental de l’Aménagement et de l’Urbanisme (SDAU) qui participent aux réunions mensuelles pour orienter la commission et la conseiller dans ses travaux.

Ce nouveau document urbanistique se décline en plusieurs phases :

- Elaboration d’un pré-diagnostic.

- Elaboration du projet d’aménagement et de développement durable.

- Ecriture du règlement, documents graphiques, puis constitution du dossier d’arrêt du PLU.

- Bilan de la commission et arrêt du PLU, suivi d’une consultation publique durant laquelle chaque citoyen pourra donner son avis sur les documents présentés, soit en mairie ou en séance publique. Un commissaire enquêteur indépendant sera également nommé.

Ce travail réalisé, le projet de PLU sera soumis au Conseil Municipal.

Actuellement la commission finalise le projet d’aménagement et de développement   durable, avant d’entamer l’étape suivante qui concerne l’élaboration du règlement du PLU.

Vous serez, bien entendu, régulièrement informés de l’avancement de ce dossier  important pour l’avenir de notre cité.


Benfeld plage !!!

 

Durant la période automnale de 2009, des travaux d’aménagement ont eu lieu aux abords du plan d’eau. L’équipe d’ouvriers municipaux a installé plusieurs murettes de prospection sur les deux plages, un escalier d’accès sur la partie la plus escarpée de la petite plage et ensemencé une grande partie des surface de sable. Ces mesures visent à préserver la plage et éviter que les fortes pluies d’été charrient le sable dans l’eau.

Des arbres ont également été plantés le long du grillage. D’ici quelques années, leur feuillage séparera la plage et la route permettant ainsi aux baigneurs de profiter d’un isolement visuel et sonore  favorisant leur quiétude dominicale.

Au cours de ces dernières semaines a été réalisé une deuxième partie du projet. L’équipement sanitaire du bâtiment d’accueil sera entièrement reconsidéré ; à savoir le réaménagement des toilettes (carrelage, cloison, plâtre…) avec un accès pour les handicapés. Pour éviter  une propagation de la légionellose cette maladie infectieuse due à des bactéries qui se développent dans des eaux réchauffées, les douches seront retirées de l’intérieur du bâtiment. Une nouvelle douche froide sera installée à l’extérieur. Ce dispositif permettra aux baigneurs de se rincer succinctement avant de quitter le plan d’eau.

Comme tous les ans, la période d’ouverture du plan d’eau s’étend du 19 juin au 31 août et les horaires quotidiens de surveillance des baignades ont une amplitude allant de 10 h à 19 h. (samedi et dimanche de 9 h à 19 h)

Pour ceux qui souhaiteraient passer un moment plus convivial une petite terrasse sera annexée à la buvette.

Lors de vos promenades estivales n’hésitez pas à venir vous rafraichir au plan d’eau de notre ville

 

Un contrat de développement et d’aménagement du territoire de Benfeld et environs et du Rhin

2010-2015

 

Le Conseil Général, principal partenaire des communes et intercommunalités a engagé en 2002 une démarche dénommée « Des Hommes et des Territoires » dont l’objectif était d’identifier les grands enjeux et les priorités d‘action autour desquels devra s’organiser une stratégie globale d’équilibre des territoires et un aménagement solidaire et durable du Bas-Rhin.

De ce constat, le Département a mis en place un nouvel instrument permettant la mise en œuvre d’une démarche partenariale avec les territoires, à savoir le contrat de territoire.

Pour ce qui concerne notre territoire il regroupe les deux communautés de communes (Benfeld et Rhin) et l’ensemble des communes.

Après une phase de diagnostic, qui a permis de clarifier les besoins et les aspirations des acteurs du territoire, en prenant en compte une meilleure gestion prévisionnelle des dépenses tant du Conseil Général, que des communes et communautés de communes, dans le cadre d’un contexte budgétaire plus contraint, les objectifs et les moyens d’un développement équilibré et durable en valorisant les points stratégiques du territoire, tout en intégrant une approche vers les territoires voisins ont été arrêtés.

Le contrat a fait l’objet d’une signature par tous les acteurs le 24 mars 2010 et s’appliquera pour la période 2010-2015.

La structuration des contrats de territoires s’effectue sur trois volets :

Volet 1 : représente les priorités propres du territoire, traditionnellement subventionnées par le Conseil Général, auxquelles il continuera à apporter son aide en tenant compte des impératifs conjoints de maîtrise de dépenses, tels, la voirie communale, les écoles du 1er degré, les édifices cultuels, les équipements socio-éducatifs...

Volet 2 : constitue le cœur du contrat et comporte les projets d’excellence du territoire, ainsi que les opérations présentant des priorités partagées, basées sur des caractéristiques et enjeux spécifiques. Les actions inscrites à ce volet font l’objet d’un financement prioritaire et garanti.

Volet 3 : valorise les prestations d’assistance du Conseil Général dans le cadre de ses propres compétences, ainsi que les projets réalisés sur le territoire sous sa maîtrise d’ouvrage.

Ces trois volets ont fait l’objet de fiches thématiques intégrées au contrat sous trois grands thèmes :

- la valorisation des richesses locales

- les mobilités et déplacements dans le territoire

- le développement socio-éducatif et la solidarité

L’enveloppe financière affectée au contrat de territoire s’établit comme suit :

Volet 1

Montant éligible : 11 220 287 €

Part du Conseil Général : 3 036 649 €

Volet 2

Montant éligible : 8 334 200 €

Part du Conseil Général : 3 008 326 €

Volet 3 (entièrement à la charge du Conseil Général)

Montant prévisionnel : 14 800 000 € (dont 14 000 000 € prévu pour la restructuration du collège Robert Schuman à Benfeld)

De plus un montant de 10 143 434 € (hors enveloppe du contrat ) de travaux est prévu sur le territoire avec une participation prévisionnelle du Conseil Général de 4 042 304 €

 

Opérations retenues pour la Ville de Benfeld.

 

Volet 1 :

Urbanisme (révision du POS et transformation en PLU : 10 000 €

voirie (quartier de la gare) : 40 885 €

 

Equipements socio-éducatifs (mise aux normes et économies d’énergie) : 57 000 €

 

Volet 2 :

Mise en conformité du gymnase et construction d’une nouvelle salle des sports : 1 014 032 €

(dont  200 000 € au titre de la bonification bourg-centre).

 


DES A. S. V. P. DANS NOTRE VILLE ...

Afin d’assurer la sécurité de nos concitoyens, le maire et l’ensemble des adjoints ont pris la décision de créer deux postes d’Agent de Surveillance de la Voie Publique (ASVP) ; ces personnes devraient prendre leurs fonctions au courant du mois de février prochain. Cette démarche a nécessité qu’ils soient à la fois agréés par le Procureur de la République (l'agrément a pour but de vérifier que les intéressés présentent les garanties d'honorabilité requises pour occuper un tel emploi) et assermentés par le juge d’instance (L'assermentation doit leur faire prendre conscience de la responsabilité qui leur incombe lorsqu'ils accomplissent leurs missions, notamment lorsqu'ils relèvent par procès-verbaux les contraventions concernant l'arrêt ou le stationnement).
« Face aux actes d’incivilité de certains de nos concitoyens, ne respectant qu’en de rares occasions, les nouvelles dispositions de stationnement édictées par le 1er magistrat (je pense en particuliers à la rue Clémenceau, où un côté du trottoir est désormais interdit au stationnement, nous devions agir rapidement, afin d’éviter un drame qui aurait fini par arriver, dans l’état actuel des choses » confie Louis Zobéïde, adjoint au maire, en charge du dossier de la sécurité au sein de la commune. «Nous avons donc pris la décision de mettre en place ces deux postes d’agents, lesquels pourront, dans leur domaine de compétences, constater les contraventions aux dispositions concernant l'arrêt ou le stationnement des véhicules.». Deux agents de la commune se verront confier ces postes d’ASVP à temps partiel; ils ne sont en aucune façon des agents de police municipale ou des gardes-champêtres, et sont appelés à exercer des missions de police sur la voie publique, comme verbaliser et donc appliquer les dites contraventions. Mais leurs missions ne se limitent pas qu’à cela. Elles sont multiples. Les principales sont présentées ci-dessous :
Surveillance des voies publiques : Les ASVP ont exclusivement compétence pour constater par procès verbal, les infractions aux règles relatives à l’arrêt et au stationnement des véhicules, c'est-à-dire constater et verbaliser les cas d’arrêts ou de stationnements interdits, les cas d’arrêts ou de stationnements gênants ou abusifs, constater les contraventions relatives au défaut d’apposition du certificat d’assurance sur le véhicule. Ils peuvent également constater les contraventions aux dispositions des règlements sanitaires relatives à la propreté des voies et espaces publics. Ils seront notamment chargés de la mise en place et de la surveillance du marché. Ils peuvent être désignés par le maire pour rechercher et constater les infractions aux règles relative à la lutte contre les bruits de voisinage.
Prévention aux abords des lieux et bâtiments publics
Ils participent à des missions de prévention aux abords des bâtiments scolaires, sécurisent le passage des piétons sur la voie publique.


Promenons-nous dans les bois…
Un nouveau parcours de santé !
Août 2009
 
La commune vient de réaménager le parcours de santé dans la forêt communale reliant Benfeld à Rossfeld.
Cet aménagement répond à la demande de nombreux habitants souhaitant faire du sport hors de la ville. Notre parcours représente ainsi le seul équipement du genre sur le territoire de la communauté des communes de Benfeld.
Plusieurs raisons ont poussé la municipalité à faire ce choix. Il reste incontestable que la pratique régulière d’efforts physiques favorise l’épanouissement musculaire, permet également de lutter contre les maladies cardiovasculaires et autres maladies de civilisation. Enfin, son implantation en bordure de forêt fera du parcours de santé un lieu de convivialité et de détente pour les familles …
L’installation respecte les grands principes d’aménagement, il y a 3 zones d’évolutions. La première zone est celle de l’échauffement et de l’étirement, la seconde zone celle de l’action favorable au développement musculaire et pour terminer une zone de retour au calme.
L’équipement est implanté en milieu forestier avec pour principal atout la proximité d’un parking pour les automobiles et une piste cyclable récemment installée par le Conseil Général pour ceux qui souhaitent commencer leur échauffement depuis leur domicile. 
Le secteur a déjà inspiré l’implantation d’un ancien parcours dans les années 1980. Cette première implantation a prouvé que le secteur s’adapte bien aux pratiques sportives et que le terrain ne fait pas l’objet d’inondations répétées comme de nombreuses parcelles dans le secteur de notre commune.
La nouvelle installation reprend pour l’essentiel le trajet de l’ancien parcours mais les supports d’évolution sont entièrement revus et adaptés aux concepts actuels. Pour favoriser la pérennité des équipements la commune a pris l’option d’installer des modules en inox. Une signalétique en bois exotique très dur permettra aux utilisateurs de s’orienter et réaliser les exercices en toute autonomie.
 
Sportifs, promeneurs réguliers ou occasionnels, jeunes ou plus âgés, n’hésitez pas à vous ménager, éprouver votre corps en venant profiter seul ou en famille du nouveau parcours de santé de notre commune…
 
Victime de nuisances, faut-il porter plainte ?
Durant cet été, les élus et les services administratifs ont enregistré une augmentation du nombre de personnes victimes d’actes d’incivilité dans notre commune. Il s’agit généralement de nuisances de dégradations du matériel communal et même privé, de non respect du code de la route et parfois même d’agressions verbales…
Aucun quartier ne semble épargné par le phénomène. Chacun de nous devrait donc se sentir concerné et se doit de favoriser un réel travail de coordination entre les habitants, l’équipe municipale et la gendarmerie nationale.
Face aux actes de malveillance et aux tapages nocturnes, vos élus sont préoccupés mais leur action reste très limitée : dialogue avec les jeunes, constations des dégâts avec les victimes, concertations avec les gendarmes…
Alors comment réagir en cas d’incivilité ? La première des solutions est le dialogue entre les parties chaque fois qu’il est possible ! L’autre recours souvent efficace est de se rendre à la gendarmerie afin de le signaler. Selon le cas une plainte peut être enregistrée. Pour cela, il suffit de vous rendre à la nouvelle gendarmerie route de Strasbourg (vers Sand) tél 03 88 74 40 42, de raconter les faits et demander à porter plainte contre X ou contre une personne désignée, ensuite il faudra simplement dater et signer le document. En dernier recours, vous pouvez aussi envoyer une lettre au procureur de la République du tribunal de grande instance de Strasbourg.
Grâce à cette plainte, le Procureur de la République peut ensuite : soit saisir directement le tribunal ; soit désigner un juge d'instruction chargé de recueillir tous les éléments utiles à l'établissement de la vérité (compléments d’enquêtes, surveillance…) ; soit classer l'affaire " sans suite ", s'il estime la plainte infondés. Lorsqu'une suite est donnée, le plaignant est averti par une lettre du parquet.
Sans plainte, le procureur ne pourra jamais saisir le dossier pour donner une suite juridique. Ainsi vos désagréments continueront, même si les gendarmes feront quelques rondes supplémentaires dans votre quartier. Contrairement à une idée bien ancrée dans la population, ni monsieur le Maire, ni aucun de ses adjoints ne a porter plainte à votre place tant ils n’auront pas subi personnellement d’infraction leur ayant causé un préjudice.
Par ailleurs, en faisant justice soit même vous vous exposez à des poursuites judiciaires, si une tiers personne porte plainte de vos agissements…
Cependant, le comportement le plus civique est qu’ensemble nous restons respectueux les uns des autres, car Benfeld a tous les atouts d’une petite ville dans laquelle il fait bon vivre….
 

cliquez pour agrandir l'image
ImprimerObtenir la version pdf de la pageEnvoyer à un amiContactPlan du site

Mairie de Benfeld
3 rue du Château BP21
67230 Benfeld
Téléphone : 03 88 74 42 17
Télécopie : 03 88 74 00 22
E-mail :
mairie@ville-de-benfeld.fr


Lettre d'information électronique

Vous abonner